Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 15:58

 

 

 

 

Les vacances approchent.

Bientôt les beaux jours (si, si, je vous l'assure).

Il est temps de préparer vos valises et de lire ces quelques conseils.

 

vous.jpg

Ce n'est pas vous, je sais, mais j'aime bien cette image.

Donc, vous êtes prêts, vous avez pensé à tout: crème solaire et parapluie. Les enfants sont heureux, direction la Nationale 12 et en route.

Dès l'entrée en région Bretagne, vous sentez que quelque chose a changé: plus de péage, on roule moins vite et d'étranges images apparaissent, comme un monde en noir et blanc dans une langue inconnue. C'est le dépaysement qui commence à agir.

 

 

deg

 

Ne vous laissez pas impressionner: c'est un peu du "marketing". Les Bretons sont très avisés pour "vendre" la Bretagne: on dit "promouvoir la culture régionale".

Et c'est vrai qu'il existe une culture: sachez la découvrir, non pas en achetant des "souvenirs" de plus ou moins bon goût, mais en venant à la rencontre de ce vieux pays et de ses habitants.

 

 

Je vous ai promis des conseils: en voici...

 

Ne craignez ni la pluie, ni le vent, ni le soleil, ni les embruns: soyez prêts à tout.

Ciel-Pluie.jpg

P8240142.JPGpluie printemps sur la presqu'île 058 21 La plage des Blancs-Sablons un matin d'été.

 

Randonnez, seul ou en groupe, à pied ou en kayak... Entre les rochers, sur le GR 34 ou sur la multitude de chemins, partout: RAN-DON-NEZ!

GR34 guide rando rando groupe rando seul rando kayak

 

 

Ne négligez aucune visite: chapelle, menhir, phare, enclos paroissial, calvaire, fort, musée. Tant de bonnes surprises vous attendent: n'hésitez pas.

P6080525.JPG P6080486 P8240155 P8240147.JPG PA250446.JPG

 

Faites la fête: Les Vieilles Charrues à Carhaix, Le Bout du Monde à Crozon, Les Jeudis du Port à Brest, un concert, un Fest-Noz, une noce bretonne: tous les prétextes sont bons. Entrez dans la danse, riez, trinquez avec votre voisin, reprenez en choeur les chants de marins. Ce seront des souvenirs inoubliables!

fest-noz.jpg  MdBdM.jpg coreff1.jpg   vieilles-charrues-festival-carhaix    Fest_noz_3.jpg bretonnisme1.jpg bretonnisme2.jpg

 

Apprenez à reconnaître un trois-mâts barque d'une goélette, ou d'une gabarre.

165.JPG P6080518 P8180084

P9110220         10 Vieux gréement dans la ria. 

 

Les bonheurs gastronomiques ici sont des bonheurs simples: les légumes de la Bretagne légumière - artichauts, choux-fleurs et surtout les multiples variétés de patates du Léon, d'Ouessant, nature ou en purée. Le pain au blé noir ou au sarrazin, le beurre salé, le lait frais et le fromage blanc, les charcuteries: du pâté "mod coz" (à l'ancienne) au jambon au torchon en passant par le lard, l'andouille et la saucisse de Molène fumée aux algues... Régalez-vous de poisson frais et de fruits de mer achetés directement au pêcheur.

Promenez-vous dans les marchés (vous en trouverez un chaque jour et ne manquez pas celui de Saint-Renan le samedi), achetez frais et local et ne partez pas sans avoir goûté une "complète" (crèpe sarrazin, jambon, oeuf et fromage), un kig-ha-farz et un kouing aman, le tout arrosé de cidre local et surtout d'une excellente bière bretonne.

fruits-de-mer.jpg kig-ha-farz.jpg pdt-saucisse.jpg coreff2.jpg

Prenez le temps de rêver  en regardant des nuages chassés par le vent, le vol d'un goéland ou la course d'un voilier. Regardez la marée monter, puis descendre. Promenez-vous la nuit sur la presqu'île de Kermorvan pour admirer  l'extraordinaire spectacle lumineux des phares  du chenal du Four, de Molène et d'Ouessant...

Le soir, avant de vous endormir, lisez quelques pages de l'Almanach du Marin Breton. Détendez-vous, soyez heureux: vous êtes chez les Irois.

 

    089-copie-1.jpg     085.jpg    P4090202

 P4240289 P4090204.JPG printemps sur la presqu'île 112

 

 almanach

 

Mais surtout, aimez et respectez ce pays: ne dégradez pas, ne laissez pas vos détritus sur place.

D'avance merci et bienvenue.

 

détritus 

 P.S.: Revenez de temps en temps faire un tour sur "le blog de Kermorvan"...

Et pour bien préparer votre séjour, je vous propose de faire connaissance avec le Parc Maturel Marin d'Iroise: attention, vous allez en prendre plein les yeux! 

(Arrêtez d'abord la musique ci-dessous. Vous aimez? Hamon Martin quintet...)

 

 

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 00:21

IMG 0261

Barney Mac Kenna est mort le 5 avril 2012. Avec Ronnie Drew, Luke Kelly et Ciaran Bourke il avait créé les Dubliners il y a 50 ans. Il était Irlandais, marin, joueur de banjo et buveur de Guinness. Son pays tout entier, du Nord au Sud, de Galway à Howth lui a rendu hommage enprésence du Président de la République Irlandaise.

Ecoutez, regardez le chanter: tant d'émotion...

 

Fare thee well, Barney...

 

 

 

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 16:33

Quels sont les évènements qui vont bouleverser la vie tranquille de ma presqu'île en cette année 2012?

P9110220Le train d'élections du printemps?

Peut-être un peu...

La fin du monde programmée pour l'hiver?

Certainement si on y croit...

 

 

 

 

Non, l'évènement majeur, magique,majuscule, ce sera à n'en pas douter LES TONNERRES DE BREST 2012!P9110184


20 ans cette année!


Comment, vous ne connaissez pas les Tonnerres de Brest?

 

Regardez: cliquez sur la flèche ci-dessous:

 

LA GRANDE FÊTE MARITIME!

Celle qu'il faut voir une fois dans sa vie! Celle qui vous fait retrouver vos yeux d'enfant devant ces grands voiliers sortis tout droit de "L'île au tésor" ou des "Passagers du vent". Celle qui vous coupe le souffle devant la beauté du spectacle de la rade de Brest, du Goulet et des Tas de Pois. Celle qui vous fait chanter en choeur "Santianno", "Jean-François de Nantes" ou "La Danaé". La fête populaire, la fête bon enfant, la fête de tous les amoureux de la mer et des bateaux. La fête de tous ceux dont les héros sont Surcouf, La Pérouse, Long John Silver, Eric Tabarly ou Olivier de Kersauson. Vous commencez à voir de quoi il s'agit?

Alors regardez la présentation des Tonnerres de Brest 2012:

 

 

Oui, je sais, vous vous dites :"C'est loin! Il va y avoir du monde... Et puis à Brest, il pleut tout le temps, même en juillet."

Brest, c'est le bout du monde, et ça se mérite. C'est la dernière ville qui sent l'aventure en France... Après, c'est l'Océan,  l'Amérique. Comme disent nos amis Irlandais: "C'est là qu'on trouve le dernier bar avant New-York!". Et des bars, Brest n'en manque pas, des petits, des grands, des sur le quai du port de Commerce, des dans la rue de Siam, de "Lak Atao" au "Tour du Monde", il y en a pour tous les goûts...

Oui, il y aura du monde, mais une fête sans monde, c'est triste, alors venez faire la fête avec nous, venez goûter la bière bretonne, venez essayer le tram tout neuf, venez voir le port militaire et l'Arsenal avant qu'ils ne disparaissent, venez respirer Brest sur le Pont de Recouvrance ou au Port du Moulin Blanc. Venez retrouver Jacques Prévert et Barbara, Pierre Mac Orlan et Fanny de Laninon...

Venez pour Brest, pour la fête, pour les marins, pour tous les bateaux, petites pirogues et grands voiliers, pour la Bretagne. Enfin, venez...

En attendant, je vous emmène à bord de May, mon petit voilier, faire quelques ronds dans l'eau en Mer d'Iroise, au large de la presqu'île. Alors, c'est d'accord? Vous venez?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 21:31

 

 

 

Ce billet aurait tout aussi bien pu s’intituler “du Four” à “Fanad Head”, ou de “Saint-Mathieu” à “Inishowen”… Non, ce sera de Kermorvan à Valentia. D’un phare l’autre, d’une presqu’île à une île, d’un bord de la Mer Celtique à l’autre.
  

 IRLANDE 014P9300984-copie-1.JPG                         Valentia Island

  Inishowen

                                                                                                                                                         i 

                                                     

 

                                             P6080539                          

                                             Kermorvan                                      

  P6060473

  Saint-Mathieu

 

 

 

Tout simplement, je veux,  dans ces pages, parler de l’Irlande, l’île des saints et des sages*. Et pour en parler le plus simplement possible, je vais laisser la parole à d’autres.

 

Voici donc une liste de lectures recommandées, quelques musiques conseillées, des personnages ou lieux à connaître, et des images.

Bon voyage. M-AlBloomEire.jpg

L’Irlande en Littérature:

Pays de 4 Prix Nobel de Littérature et siège d’une des plus belles bibliothèques au monde, l’Irlande est un pays où le livre, le récit, la geste, l’épopée, le poème sont rois.

Livres format poche (10/18 ou Points) à lire absolument:

Joseph O’Connor: L’étoile des mers;

Nuala O’Faolain: L’histoire de Chicago May;

Robert McLiam Wilson: Eureka Street, Les dépossédés;

Roddy Doyle: La femme qui se cognait dans les portes;

Frank McCourt: Les cendres d’Angela.

Auteurs (à demander à votre bibliothèque habituelle):

James Joyce, (le plus grand): ne pas manquer Ulysse, Gens de Dublin, Finnegan’s Wake (difficile);

Romans: Bram Stoker, Liam O’Flaherty, John Connolly, Ian McEwan, et les auteurs cités ci –dessus (Nuala O’Faolain, Joseph O’Connor,…);

Théâtre et poésie: George Bernard Shaw, Samuel Beckett, Oscar Wilde, John Millington Synge, William Butler Yeats, Sean O’Casey;

Lire aussi l’autobiographie de O’Casey (3 tomes dont Les Tambours de Dublin…). Lecture un peu difficile, mais passionnante.

Lire enfin impérativement Jonathan Swift: Instructions aux domestiques, Les Voyages de Gulliver et surtout “Modeste Proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public”. Ce court ouvrage de 1729 n’a pas pris une ride: c’est un chef d’œuvre absolu, à déguster si vous voulez approcher l’humour irlandais. (Texte intégral aux Editions Mille et Une Nuits “Petite Collection” 2,50 €) . Consultable à partir du lien ci-dessous (achetez quand même le livre):

  • //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Modeste_proposition&oldid=2885332

 

Ne pas manquer non plus les 2 romans de Sorj Chalandon: "Mon Traître" et "Retour à Killybegs". Ce journaliste et écrivain français a remarquablement écrit sur ce que l’on peut ressentir quand on aime l’Irlande, et la réalité du conflit irlandais depuis le début du XX° siècle jusqu’au processus de paix.

Profitez-en aussi pour découvrir Jonathan Coe, auteur anglais né en 1961 à Birmingham. Deux de ses romans (Bienvenue au Club et Le Cercle Fermé) évoquent les rapports de l’Angleterre de Margaret Thatcher avec l’Irlande. C’est un grand écrivain, à découvrir rapidement.

 

L’Irlande au cinéma:

(les titres indiqués sont les titres en version française)

Les classiques:

La Fille de Ryan de David Lean (1970), L’Homme Tranquille de John Ford (1952),  et Le Jeune Cassidy du même John Ford (1965).

Parmi les plus récents: Michael Collins de Neil Jordan (1996), Le vent se lève de Ken Loach (2005).

Voir aussi les films de Jim Sheridan: My left foot (1989), The Field (1990), Au nom du Père (1994) un très grand film avec un superbe Daniel Day Lewis, The Boxer (1998), In America (2004).

Les films sociaux ou politiques (à voir sans hésiter): d’Alan Parker: The Commitments (1991) et Les Cendres d’Angela (1999), de Neil Jordan: The Crying Game (1992), de Stephen Frears: The Snapper (1993), The Van (1996), Liam (2000), d’Anjelica Huston: Agnes Browne (1999),  de Paul Greengrass: Bloody Sunday (2002), de Steve Mac Queen: Hunger (2008), de Pete Travis: Omagh (2003).

Citons aussi: Un taxi mauve, film français d’Yves Boisset, Gens de Dublin de John Huston, Vieilles Canailles de Kirk Jones, le Général de John Boorman sans oublier le chef d’oeuvre de Stanley Kubrick:  Barry Lyndon (de nombreux cinémas organisent en 2012 une rétrospective Kubrick: profitez-en pour voir ou revoir ce film magnifique sur grand écran). L’homme d’Aran de Robert Flaherty (1934), comme toute l’oeuvre de ce grand documentariste (Nanouk, Louisiana Story, La Terre) est à découvrir, si l’occasion – rare – se présente…

Il ne faut pas oublier que bon nombre de livres et de films américains évoquent l’Irlande à travers l’Irlandais, figure centrale de l’immigration au même titre que l’immigré italien (on peut citer le très beau film de Martin Scorses “Gangs of New York”, par exemple). L’Irlandais est ainsi le plus souvent flic (à New-York ou Chicago), bagarreur, roux, catholique et alcoolique, ou quelquefois boxeur (voir “Les anges aux figures sales” de Michael Curtiz avec James Cagney, Pat O’Brien et Humphrey Bogart). James Cagney (Oscar en 1942) a prêté son visage à ce stéréotype, tantôt policier, tantôt voyou, mais toujours bagarreur. Clint Eastwood reprend le sujet (Mystic River, Million Dollar Baby)… On peut dire que dans la majorité des oeuvres américaines passe un O’Rourke ou un Monahan (chez Henry Miller, par exemple), ou un curé catholique nommé Father O’Flynn ou Finnegan.

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer quelques acteurs américains ayant au moins un parent ou grand-parent irlandais:

-George Clooney, Sean Penn, Johnny Depp, Kevin Costner, John Wayne, Buster Keaton, Harrison Ford, Judy Garland et Liza Minnelli, Clint Eastwood, Robert Redford, Grace Kelly,Marlon Brando, Gene Kelly, Rita Hayworth et beaucoup d’autres, et surtout la sublime Maureen O’Hara.

 

La musique:

 

Quel que soit le musicien, son style, son répertoire, il est toujours empreint de tradition et inscrit dans la lignée de la musique irlandaise.

La musique traditionnelle présente de nombreux traits communs avec la musique bretonne (musique à danser ou complaintes semblables aux gwerzioù). La jig a conquis le monde entier, avec ses variantes de step dancing (claquettes) ou le reel avec ses figures par couples ou en groupes. Les instruments de base sont le violon (fiddle), la flûte (whistle), l’accordéon, le concertina, le banjo-mandoline et la guitare, plus moderne. Les instruments spécifiques sont le uilleann pipe (cornemuse irlandaise), le bodhran (percussion) et la harpe irlandaise, la plus célèbre des harpes celtiques.

Cette musique vit au quotidien dans les pubs, les festivals, les sessions. Elle a essaimé en Amérique, Australie, Nouvelle-Zélande, avec les émigrants irlandais, elle est une des principales sources de la musique nord-américaine avec le jazz et les rythmes afro-américains. Elle chante aujourd’hui encore le travail (Paddy works on the railway), la Grande Famine (The fields of Athenry), l’exil (Spancil Hill), les veillées funèbres (Finnegan’s Wake), la vie sur les bateaux (The Irish Rover), les combats pour l’indépendance (The Foggy Dew) et la beauté des femmes (The Black Velvet Band)… Entendez les supporters de l’équipe de rugby d’Irlande, ou de l’équipe de foot de Manchester United chanter en choeur… Dans toute civilisation celte, le conteur et le chanteur (qui ne font souvent qu’un: le barde) font l’objet d’une vénération quasi religieuse. En Irlande, où cet art du récit, de la ballade, a été porté au plus haut, cette vénération s’est doublée d’un statut de porte-parole des luttes, des souffrances, et des joies. Les plus populaires des chanteurs ont eu droit à des funérailles quasi-nationales (Tommy Makem et les Clancy aux Etats-Unis, Ronnie Drew, Luke Kelly en Irlande).

Aujourd’hui, plusieurs spectacles musicaux tournent dans le monde entier avec la même base de musique, danse, claquettes, que ce soit Celtic Legend, Celtic Woman, etc…

 

Les groupes historiques:

Les Clancy Brothers et Tommy Makem, surtout connus à partir des Etats-Unis, où ils avaient émigré. Parmi les premiers à populariser le pull irlandais en laine d’Aran et le répertoire traditionnel, suivis par les New Lost City Ramblers.

The Dubliners: groupe constitué en 1962 et encore présent sur scène aujourd’hui (100 dates de concert par an dans toute l’Europe). Ils fêtent cette année leurs 50 ans d’existence et de musique. A découvrir absolument.

J’ai une affection particulière pour les Furey Brothers (The Fureys- 30 ans de scène). The Bothy Band, Planxty, The Chieftains, Cherish the Ladies, Clannad, the Churchfitters, The Wolfe Tones, The Dublin City Ramblers… sont pour certains encore aujourd’hui les interprètes de cette musique traditionnelle et populaire, toujours vivante et quelquefois militante.

Enfin, je citerai le groupe Flying Column et Kathleen Largey, groupe fondé à Belfast en 1968: républicains actifs et convaincus, dont les recettes alimentaient la cause républicaine.

Musique actuelle:

Van Morrison, Rory Gallagher, Gary Moore, U2, Bob Geldof et les Boomtown Rats, The Pogues, Sinead O’Connor, The Cranberries, The Corrs,  De Dannan, Dropkick Murphys, Tara, Flogging Molly, tous mélangent airs traditionnels et inspirations modernes, du pop rock jusqu’au punk celtique.

N’oublions pas Enya, ex Clannad, voix célèbre de la chanson irlandaise actuelle. Pour finir, je vous invite à découvrir Christy Moore, ex du groupe Planxty, et qui est un des chanteurs les plus populaires en Irlande, popularité qu’il doit à son répertoire engagé autant qu’à ses qualités d’homme (une sorte de Georges Brassens gaélique, si vous voyez l’image). Cette grande vedette est quasi inconnue en France.

 

Pour finir cette page, quelques lieux ou personnages qu’il est bon de connaître:

  • Mary ROBINSON: 1ère femme Présidente de la République d’Irlande de 1990 à 1997. Femme admirable de simplicité et d’intelligence, militante active en faveur des droits humains, de la justice et de la protection de l’environnement, née à Ballina (County Mayo). Elle a créé une fondation qui porte son nom et qu’elle préside aujourd’hui.

  • Arthur GUINNESS (1725-1803): faut-il le présenter? Fondateur de la brasserie qui porte son nom… En Irlande, la bière ne relève pas du folklore, mais de la culture. Se consomme à la pinte, en groupe (jamais seul!). Pour les gastronomes, découvrez Guinness et huîtres ou Guinness et saumon fumé.

  • Daniel O’CONNELL (1775-1847): à-travers lui, on peut évoquer WOLFE-TONE, PARNELL, et tous ceux qui ont contribué à mettre fin à l’oppression anglaise sous toutes ses formes: économique, religieuse, politique, culturelle. O’CONNELL a combattu par la non-violence, l’objection, la persuasion; par le droit et par la loi. La visite de Derrinane House, sa maison près de Caherdaniel, est un moment d’émotion. Ne manquez pas ce lieu: les plus belles plages du Kerry et le pub The Blind Piper pour les plats qu’on y sert et la musique qu’on y joue.

  • Général HUMBERT (1767-1823): marchand de peaux de lapins que la Révolution Française fit général. Lorsque la jeune République française entreprit d’aider le soulèvement en Irlande, il prit la tête d’un détachement de 1000 volontaires qui débarqua à Killala en août 1798 et mit en déroute l’armée anglaise à Castlebar. Faute de renforts, le soulèvement fut écrasé et la répression terrible . Par la suite, on le retrouve à Saint-Domingue, où il refuse de participer à l’extermination des populations noires de l’île lors de la Révolution Haïtienne. Evincé de l’armée par Napoléon, il combattra dans l’armée américaine lors de la seconde guerre d’indépendance et dans l’armée rebelle mexicaine pour la guerre d’indépendance du Mexique. Il est enterré à la Nouvelle Orléans. Une plaque, un monument modeste à Killala (County Mayo) rappellent cette expédition.

  • La comtesse Constance Markiewicz (1868-1927): la “Comtesse rouge”, d’une famille d’aristocrates, adhère au Sinn Féin en 1908, commandant en second de l’insurrection de Pâques 1916, condamnée à mort par les Anglais, elle ne sera le seul dirigeant du mouvement à ne pas être exécutée (car femme…). Elue députée pendant sa détention, elle sera Ministre dans le gouvernement révolutionnaire d’Eamon de Valera, et prend part à la guerre civile les armes à la main. C’est l’occasion d’évoquer tous les héros et martyrs du combat irlandais- catholiques, protestants, socialistes, nationalistes, non-violents ou engagés dans la lutte armée, emprisonnés, torturés, fusillés, morts au combat ou en exil: Théobald Wolfe Tone, Charles Parnell, James Larkin, Michael Collins, Padraig Pearse, James Connolly, sans oublier Bobby Sands et ses compagnons. Chacun, chacune est un personnage romanesque. Sans oublier (elle est encore en activité) Bernadette Devlin, élue au Parlement Britannique à 21 ans, porte-parole de Derry et du Bogside, victime, avec son mari, d’une tentative d’assassinat de la part des paramilitaires de l’Ulster et qui refuse que l’on fasse un film de sa vie.
  • Muckross: le parc national de Killarney est une splendeur: chutes d’eau, lacs, forêt de rhododendrons…Et surtout, il faut voir les jardins de Muckross, l’Abbaye, le château et la ferme traditionnelle.
  • Trinity College et sa célèbre bibliothèque à Dublin.

  • Falls road Milltown cemetery: Allez à Belfast! Avant que tous les vestiges des années noires aient disparu, allez marcher dans les rues de Belfast Ouest, imaginez les barbelés, les tireurs sur les toits et les rondes de véhicules blindés. Ces rues murées, ce ghetto en Europe occidentale jusqu’à la toute fin du XX° siècle. Les cimetières de Belfast Ouest sont des lieux à voir absolument. Allez aussi à Derry… non pas pour jouer au touriste, mais humblement, comme on se tient devant l’histoire.

  • Molly Malone: il faut voir sa statue près de Trinity College, et chanter “Crying cockles and mussels, alive, alive,  oh!”.

  • Mes pubs favoris: Murphy Bros à Ballina, superbe et bon (la ville de Ballina vaut le détour), Mac Clafferty à Letterkenny (County Donegal), O’Dowd’s à Rundstone (Connemara) mais surtout The Crown à Belfast, le plus beau et Robinson’s pour la musique.

  • A voir: le site www.irisheyes.fr qui propose une actualité de l’Irlande (tourisme, culture, vie quotidienne) très agréable avec “The Irish Eyes Magazine” et la Newsletter “Courant d’Eire”.

Le dimanche 30 janvier 1972, une manifestation pacifique en faveur des droits civiques organisée en Irlande du Nord à Derry (appelée alors Londonderry) était réprimée à l’arme lourde par l’armée britannique. Treize hommes, dont sept adolescents ont été abattus, deux manifestants ont été écrasés par les véhicules militaires et grièvement blessés et cinq autres frappés par des tirs dans le dos. Toutes les victimes venaient du quartier populaire et catholique de Bogside.
Une commission d’enquête indépendante décidée par Tony Blair en 1998 et composée de magistrats canadiens et australiens a établi, au terme de 12 ans d’investigations, la responsabilité des parachutistes britanniques, et le gouvernement a présenté ses excuses.
Ce fut le Bloody Sunday.
 

 

Voilà, cette longue page sur l’Irlande s’achève, et comme toutes les pages que je vous propose, elle s’achève en musique et en images avec la vidéo de voyage ci-dessous.

 

Bienvenue en Irlande!

 

*”Irlande, île des saints et des sages”: titre d’une conférence donnée par James Joyce à Trieste en 1907 au cours de son long exil loin de l’Irlande.
 

 

Repost 0
Published by Kermorvan
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 19:55

 

 

PA281755_01.JPG

 

A vous tous, amis, lecteurs réguliers ou occasionnels, je souhaite de bonnes fêtes et surtout une

 

                 BONNE ANNEE

 

 

Nous poursuivrons ensemble nos balades, nos voyages sur la terre, sur la mer ou en musique.

 

En attendant, hissons les voiles ensemble.

 

 

 

Repost 0
Published by Kermorvan
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 17:37

http://flaviuspub.reverso.net/presqu-iles-over-blog/1298/de/article-eireann-go-braugh-93198080.html

L'été dernier, un évènement m'a fait quitter ma presqu'île! Oh, très brièvement - juste une soirée - mais il faut dire que l'évènement était d'importance.

 

Les Dubliners à Landerneau! Le festival Kann al loar avait eu la merveilleuse idée de jumeler l'Elorn et la Liffey.

Le 13 juillet, jour des saints Henri et Joël, une belle et chaude journée d'été, veille de fête nationale. Les chiens du refuge animalier aboient à fendre l'âme en voyant tant de monde envahir le parking de la ZAC Saint-Ernel. Nous nous rangeons en file, sagement, sous le soleil déclinant. A bien regarder cette foule qui patiente, je la découvre sympathique, souriante, d'un âge moyen un peu supérieur à celui du public des Black Eyed Peas, mais je ne suis pas moi-même de la première jeunesse...

Le premier disque des Dubliners que j'ai acquis s'intitulait "The Dubliners in concert" (Transatlantic Records). Un enregistrement public: c'était en 1966, un vinyl 33 tours... J'ai perdu ce disque. Mais j'ai encore aujourd'hui "Dubliners at it again" (Major-Minor Records), acheté en 1968, c'est vous dire(il porte encore l'étiquette du prix: 36/8: 36 shillings, 8 pence)... On voit sur la pochette les visages de Ciaran Bourke, Luke Kelly, John Shehan, Barney McKenna et Ronnie Drew.

 

 

Je sais que trois ne seront pas sur scène ce soir... Ciaran Bourke est mort en 1984, Luke Kelly en 1984 et Ronnie Drew en 2008. L'Irlande leur a fait des funérailles quasiment nationales. C'est vrai que j'ai oublié de vous dire qu'ils sont irlandais, mais nous y reviendrons...

Pour ce concert du 13 juillet, John (violon et flûte) et Barney (banjo) seront en compagnie de Sean Cannon (guitare et chant, qui a remplacé Luke Kelly en 1984), d'Eamon Campbell (guitare, recruté en 1987) et de Patsy Watchorn (banjo, guitare, bodhran et chant, ancien des Dublin City Ramblers, qui a succédé à Ronnie Drew). Nous pénétrons dans la salle.

En première partie, Ozan Trio, flûte traversière, guitare et chant, et quel chant! Celui d'Armel an Héjer, un souffle, un rythme qui vous emportent au gré des rythmes de jazz swing, de musique tzigane ou d'Israël et d'hanter dro. Que ce soit en formation à 3 comme ce soir, ou à 4, ou à 5 (avec accordéon et percussions dans le groupe Deus'ta), c'est toujours un réel plaisir de retrouver l'énergie et l'inventivité de ces musiciens et de ce chanteur exceptionnel.

Que vous dire des Dubliners? Barney McKenna est presque aveugle, il peine à marcher, Eamon Campbell a les cheveux et la barbe totalement blancs: 347 ans à eux cinq. 69 ans et 6 mois de moyenne d'âge! Mais le temps est aboli. Cette musique, ces chants que le public reprend avec eux viennent du fond des âges, c'est la voix de l'Irlande, ils racontent la famine, l'oppression, l'émigration et l'exil, la beauté des collines, des montagnes et des lacs, le peuple de Dublin, le rire, la danse, l'aventure et les larmes. Les sonorités du banjo, du fiddle (violon), du tin whistle (flûte), nous sont familières et proches, comme le sont ces mélodies dont certaines ont fait le tour du monde et ont été reprises encore et encore: "Dirty old town", "Molly Malone", "The wild Rover", "The Black Velvet Band", "Finnegan's Wake"... Leur bonheur d'être sur scène n'a d'égal que notre bonheur de chanter avec eux.

Oui mais, allez-vous me dire, s'il en est ainsi, comment se fait-il que les Dubliners ne soient pas plus connus?

C'est une question pertinente, à laquelle je répondrai ceci:

- Plus de 300 chansons enregistrées, des dizaines d'albums en 50 ans;

- Plus de 100 concerts publics par an dans le monde entier. Leur programme 2012 comprend l'Allemagne (25 villes dont Berlin, Francfort, Munich, Nuremberg), la Suisse (Berne, Bâle, Zurich), l'Autriche, la Slovénie, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, la Grande-Bretagne (dont le Royal Albert Hall à Londres)... et 1 seule date en France (La Cigale à Paris le 10 mai 2012).

Célèbres dans le monde entier, adulés dans leur pays... Compatriotes de France, amis de Bretagne, il n'est pas trop tard pour découvrir les Dubliners. Internet vous offre des centaines de vidéos à voir et entendre (tapez simplement Dubliners, et laissez faire la machine). Mais si l'occasion se présente, allez les applaudir: ils ne sont pas éternels.

Les Dubliners font partie de ces artistes sans qui ma vie n'aurait pas été la même.

Merci Landerneau pour cette soirée. Comme chaque fois, une vidéo termine la page, et je vous dis à très bientôt pour parler de l'Irlande.

Slán...

Repost 0
Published by Kermorvan
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:27

logoriginal2.jpg

L'APRI, qu'est-ce que c'est ?

 

Association des Plaisanciers et Riverains d'Illien.

 

Et Illien, qu'est-ce que c'est ?

 CCF04122011_00000-copie-1.jpg

Un morceau du paradis juste au nord de la presqu'île: une plage de sable fin, une anse et un petit port face aux îles.

Quelques maisons, des hameaux, un ruisseau, un fort et quelques traces de fortifications de la seconde guerre mondiale, quelques exploitations agricoles, une belle terre noire et des pâturages...

P5080037.JPG

 

Et puis des habitants, de vieille souche, ou d'arrivée plus récente, des gens, des gens ordinaires mais formidables, attachés à leur coin de terre bretonne, à cette côte si rude et si belle.

 

 

 

Alors voilà: l'Association des Plaisanciers et Riverains d'Illien fait cohabiter tout ce monde, habitants, amoureux de la mer, pêcheurs... C'est un lieu où il fait bon vivre, et j'ai voulu simplement dire merci à l'APRI avec le petit film que voici.

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 16:34

Pendant l'été 2011, chaque semaine, une randonnée a été organisée à partir des Blancs-Sablons pour découvrir le Pays d'Iroise.

 

Entre 2 et 4 heures de marche tranquille qui ont permis de découvrir divers aspects de ce pays magique et d'en approcher l'histoire.

 

25 Le phare de Kermorvan

Le tour de la presqu'île de Kermorvan (2heures): par le sentier littoral (GR 34), on longe la plage des Blancs-Sablons à travers les dunes (secteur protégé propriété du Conservatoire du Littoral) en évoquant au passage les traces du passé militaire du secteur: forts Vauban, napoléonien, blockhaus de la seconde guerre mondiale. A marée basse, on peut atteindre l'Ilette, puis on longe les falaises vers la petite plage de Pors Pabu avant d'atteindre le célèbre phare de Kermorvan. De là on peut admirer le panorama sur les îles: Béniguet, Quémenès, Trielen et plus loin Molène, et suivre les mouvements de la marée  autour de la Grande Vinotière, dans ce qui est un des passages les plus redoutés des marins. Les oiseaux marins sont nombreux: goélands, mouettes, sternes, cormorans, aigrettes, huîtriers... et avec un peu de chance on peut apercevoir un phoque gris à la pêche. Le retour se fait en longeant le port de pêche du Conquet à l'heure du retour des caseyeurs et de l'arrivée du bateau d'Ouessant.

 

P7302375

En suivant le GR 34 vers le nord, on peut en une première promenade de 3 heures environ rejoindre la chapelle de Locmeven via l'anse et la plage d'Illien, le fort et la pointe de Brenterch, puis Beg Avel. De là, on peut pousser jusqu'à Porsmoguer, la plage de Kerhornou et son mouillage avant de revenir à travers la campagne de Ploumoguer.

Une autre randonnée, au départ de Kerhornou, nous mène au CROS de Corsen et à la pointe la plus à l'Ouest de tout le territoire français, puis au phare de Trezien en faisant une halte à l'Ile Segal avant d'arriver à Lampaul Plouarzel, exactement au très beau petit port de Porspaul, où il est possible, avec un peu de chance, d'admirer une gabarre, célèbre bateau de transport à voile. Retour enfin par le bourg de Trezien et ses vieilles maisons.

 

P9200288.JPG

Pour découvrir l'intérieur, un itinéraire de 3 heures nous fait suivre la ria du Conquet puis la rivière à travers les zones de marais où poussent les salicornes jusqu'à la route de Trebabu. C'est le domaine des comtes de Kerjean-Kersauzon. On découvre de petits manoirs bretons, des pigeonniers, des calvaires, églises, chapelles, les sépultures des ancêtres du célèbre "Amiral" et grand navigateur. Pour faire le plein de verdure et d'eau vive, on revient par la vallée des moulins (on peut encore voir les biefs et les machineries qui entraînaient les meules. En plein été, l'ombre des sous-bois de cette vallée et l'eau des sources vous rafraîchissent. Les hortensias sont partout présents. Le retour se fait par Lanfeust et la route de Kermorvan.

 

 

P8020034.JPG

On peut aussi rallier en voiture (25 minutes de trajet) le bord de l'Aber Ildut, le plus au sud des trois du Pays des Abers (Aber Wrac'h, Aber Benoît et Aber Ildut). Là, au départ de la cale de Kerglonou, on rejoint le GR 34 et ses très belles perspectives sur Lanildut et son port goémonier. On traverse ensuite les carrières de granit et ce qui reste du port où les gabarres chargeaient les blocs de pierre rose. On remonte le lit du fleuve côtier, tantôt étroit, tantôt évasé, que la mer occupe à marée haute, habité de milliers d'oiseaux divers jusqu'au Pont Rheun avant de prendre le chemin du retour.

 

 

 

P6080523

Une des plus belles (et des plus longues: 4 heures...) de ces randonnées nous fait franchir la ria par la passerelle bleue du Croaë, puis traverser les anciens chantiers navals du Conquet (500 ans de construction navale!). De là on remonte vers Lochrist par les chemins creux préservés à travers la campagne et les champs de blé et de seigle. A Lochrist, on peut visiter l'église et évoquer le naufrage du Drummond Castle, paquebot anglais qui s'est éventré sur la chaussée des Pierres Vertes près de Molène la nuit du 16 juin 1896 et dont certaines des 358 victimes sont inhumées ici. Continuant notre chemin, nous rejoignons le gibet des moines, la vieille tour de guet, le site fortifié des Rospects d'où s'offre à nous la vue magnifique sur l'entrée du goulet de Brest. Puis nous arrivons au site de Saint-Mathieu, le phare célèbre, les ruines de l'Abbaye et le monument à la mémoire des marins péris en mer.

 

P6080518

C'est l'occasion d'évoquer la navigation en mer d'Iroise et ses dangers, d'identifier les signaux qui balisent le chenal du Four (phare des Pierres Noires, les Vieux Moines, La Grande Vinotière...) et de regarder passer les navires de toutes sortes qui doublent la pointe:  voiliers de plaisance, bâtiments militaires, unités de pêche, cargos, avant d'emprunter le chemin du retour par le GR 34 qui suit le littoral le long des plages et falaises jusqu'à la pointe Sainte-Barbe, d'où nous redescendons sur le port du Conquet pour voir les pêcheurs décharger leur pêche du jour au milieu des batailles de goélands et les passagers débarquer de l'Enez Eusa (un des bateaux de la Compagnie Pen Ar Bed qui effectue la liaison avec Ouessant et Molène). On longe l'arrière port et la passerelle nous ramène sur Kermorvan.

 

 

 Les deux vidéos qui suivent vous permettront de revivre ces aventures en musique. En espérant vous retrouver à l'été 2012. KEN AVO...

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Images
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:29

 

 

 

              HUMEUR DE LA PRESQU'ILE AU SOLEIL COUCHANT

 

 

34 Crépuscule

  

 

 

 

L'été tire à sa fin. Il est temps de ranger les épuisettes, plier les voiles, nettoyer et graisser les vélos.

La presqu'île resplendit du feu de ses fougères rousses à la lumière de septembre. L 'air est calme, le soleil tendre et la mer se prépare à la fureur des grandes marées et des tempêtes d'hiver.

Les enfants ont repris le chemin de l'école, les derniers randonneurs s'étirent en procession sur le sentier côtier et les bateaux des pêcheurs déciment les bancs de maquereaux. Les chevaliers gambettes occupent seuls la plage...

Les bouteilles en plastique et les papiers gras, vestiges de l'animation touristique, courent au ras du sol lorsq'une rafale les réveille.

Encore une saison qui s'achève. Le camping se vide; le souvenir des visages aperçus, des salutations échangées s'estompe. Il va être temps de faire le bilan, d'évoquer les projets pour 2012 et d'éditer quelques nouveaux articles: les randonnées du mardi, le concert des Dubliners à Landerneau, la pétition de la bretonne en colère...

Rentrons le bois, ouvrons la bouteille de liqueur écossaise, et préparons-nous à passer un  bon hiver.

 

22 Vague...

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 18:06

34 Crépuscule

 

Nous avons partagé les chemins de cet été, senti le vent sur nos têtes, quelquefois le soleil sur nos bras. Nous avons respiré les embruns et vu les vagues se briser sur les rochers. Nous avons appris à distinguer Béniguet, Quémenès ou Molène et à reconnaître  Les Pierres Noires, Kéréon, Saint-Mathieu.

Quelques noms bretons, un peu d'histoire, et l'amour de cette terre d'Iroise, belle et sauvage.

Compagnons de randonnée, à vous tous merci pour votre bonne humeur, votre curiosité et pour les bons moments passés ensemble.

Vous trouverez sur ce blog quelques images de mes balades préférées, pour retrouver un goût de vacances bretonnes, un peu du charme de la presqu'île....

Alors, bonne promenade.

A bientôt à Kermorvan.

P6080520

Repost 0
Published by Kermorvan - dans Humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Kermorvan
  • Le blog de Kermorvan
  • : Le continent vu de la presqu'île: pas trop loin et pas trop près non plus. Regard sur le monde, la Bretagne, la mer d'Iroise sous forme de billets d'humeur, de coups de coeur, d'émotions, de musiques et d'images.
  • Contact

Recherche

Liens